Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 10:14

Après un voyage de trois ans, l'expédition montée par le navigateur Magellan est de retour à Séville. Partie le 20 septembre 1519 pour le compte de l'Espagne, elle comprenait cinq navires, dont un seul, le "Victoria" parvient à revenir. Sur les 265 hommes embarqués, seuls 18 rentrent au port. Magellan lui-même a été tué le 27 avril 1521 à 41 ans lors d'affrontement dans les Philippines. Navigateur portugais, Magellan était convaincu que l'on pouvait atteindre l'Asie en contournant l'Amérique. Il offre ses services d'abord au roi du Portugal, qui refuse, puis à Charles Quint qui accepte de financer une expédition chargée d'atteindre les îles des Épices (l'Indonésie) par la route de l'Ouest. Magellan met deux mois pour atteindre le Brésil avant de longer la côte de l'Amérique du sud jusqu'à la Patagonie. Il découvre le détroit qui porte son nom en octobre 1520. Pendant un mois, Magellan et son équipage bataillent pour parcourir le détroit. Lorsqu'il rejoint l'Océan, il trouve les eaux tellement paisibles qu'il lui donne le nom de "Pacifique". L'expédition rentre par le cap de Bonne-Espérance, accomplissant ainsi le premier tour du monde de l'histoire.

 

 

Ferdinand Magellan est un navigateur et explorateur portugais. Dans sa langue on l’appelle Fernão de Magalhães. Il est né en 1480 à Sabrosa dans une famille de petite noblesse portugaise. Il était le fils de Pedro Ruy de Magalhães et d’Alda de Mezquita. Magellan a été élevé à la cour du Portugal où il a appris l’astronomie et les sciences nautiques. Ces études l’ont rempli à un âge jeune d’un enthousiasme pour les grands voyages de découvertes qui étaient faits à cette période. D’abord au service du roi du Portugal Manuel I, il a participé à plusieurs expéditions maritimes, scientifiques et militaires. Il a acquis une solide expérience nautique en naviguant autour de l’Afrique jusqu’à l’Inde, prenant part à de rudes combats contre les indigènes. En 1517, en raison d’un conflit avec le roi du Portugal, Magellan offre ses services au roi d’Espagne Charles I (futur empereur Charles Quint) qui lui accorde, pour dix ans, l’exclusivité de la recherche de la route qui mène aux îles Moluques, riches en épices, en naviguant vers l’ouest (la route de l’est était contrôlée par le Portugal).

Magellan quitte Séville en août 1519 à la tête de cinq navires et de 234 hommes : Trinidad, San Antonio, Conception, Victoria, Santiago. Ces bateaux voguent vers le port de San Lucar où ils sont approvisionnés et vérifiés pour la dernière fois. Le 20 septembre 1519, à l’aube, au son des coups de canons, la flotte commence son expédition. Dans ce voyage, Magellan a pour rêve de trouver ce passage vers l’ouest qui le mènerait vers l’Asie. En cela, il veut accomplir ce que n’a pas réussi à faire Christophe Colomb. Deux mois plus tard, le 29 novembre 1519, les marins atteignent les côtes du Brésil. Le 13 décembre 1519, ils atteignent une baie inconnue qui sera la future de Rio de Janeiro. Ils en profitent pour se ravitailler et faire des réparations sur les navires. Le temps était clément et les indigènes se montraient généralement amicaux. Ces bonnes conditions ont causé un retard, de sorte que l’hiver méridional a frappé alors qu’ils étaient toujours sur la côte argentine. Magellan a décidé de passer l’hiver dans un endroit qu’il a appelé Puerto San Julien dans Patagonia. Une révolte a eu lieu, impliquant trois des cinq capitaines des bateaux, mais elle a été neutralisée par Magellan à qui la majorité de l’équipage est demeuré fidèle. Un bateau, soit le Santiago, a été envoyé en bas de la côte dans le contexte d’une mission de reconnaissance pour rechercher un passage vers l’autre côté du continent, mais il a été détruit lors de son voyage de retour. L’expédition s’est poursuivie au mois d’août 1520 et le 21 octobre 1520 la flotte a entrepris la traversée d’un passage laborieux qui est  maintenant connu comme le détroit de Magellan. En naviguant la nuit, l’équipage a vu les feux innombrables des camps indiens éloignés. Ils ont appelé la terre Tierra del Fuego (terre du feu). Pendant ce périple, le capitaine du San Antonio est retourné en Espagne, prenant avec lui la plupart des provisions de la flotte. La perte du bateau a été de grave conséquence aux hommes sur les bateaux restants. Le 28 novembre 1520, les trois bateaux, après 28 jours de navigation et 530 km parcourus, atteignent l’océan de l’autre côté que Magellan nomme alors « pacifique » pour le calme apparent de ses eaux. Magellan pensait que les îles d’épice n’étaient pas très loin et qu’il pouvait le traverser en 2 ou 3 jours. Il n’avait eu aucune idée de l’immense taille de l’océan. Le voyage a pris environ quatre mois. Les conditions à bord des bateaux étaient abominables. L’équipage a commencé à mourir de faim, car le stock de nourriture était épuisé. Avec le manque de vitamine C, plusieurs des membres de l’équipage se sont retrouvés avec le scorbut. Enfin, le 6 mars 1521, Magellan, une fois après avoir croisé le Pacifique, arrive aux îles Marianne, puis aux îles Philippines.  En accostant à l’île de Cebu où le roi Humaubon est converti à la région catholique en se faisant baptisé, ainsi que la population de l’île. Un conflit local éclate dans l’île voisine de Mactan. Magellan s’y rend, en pacificateur, mais il est tué à coups de lance le 27 avril 1521. Le Basque Sebastian del Cano a succédé à la tête des trois bateaux restants et des 115 survivants. Puisqu’il n’y avait pas assez d’hommes, del Cano a decidé de faire brûler le Conception. Les deux bateaux restants atteignent les Moluques  le 6 novembre 1521 où les épices chargées. Il ne ramènera en Espagne qu’un seul bateau, le Victoria, avec 18 survivants (l’autre bateau Trinidad a été capturé par les Portugais). Le périple, qui a duré trois ans, s’achève le 6 septembre 1522. Magellan lui-même n’a pas atteint son but, les îles d’épice; pourtant il avait accompli la partie la plus difficile de sa tâche. Il avait été le premier à entreprendre la circumnavigation du monde et avait mis son projet à exécution et a ainsi réalisé l’exploit nautique le plus difficile de tous les siècles. Cette expédition a permis de confirmer la rotondité de la Terre, la possibilité de joindre l’Orient par l’ouest et le fait que l’Amérique est bien un continent à part. Elle permet de rapporter également plusieurs tonnes d’épices (clous de girofle, cannelle, musc, safran, etc.).

Pour plus d'histoire :

http://evasionhistoria-cr.blogspot.com/



Partager cet article

Repost 0
Published by passions73 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de passions73
  • Le blog de passions73
  • : Un petit espace sans prétention pour parler de nos passions
  • Contact

Recherche

Mes Passions